La Carrière d'un navigateur

La Carrière d'un navigateur

1/1

Transcription

Incipit : 

AVANT-PROPOS

"J’écris ces premières lignes en traversant les eaux de l’Espagne où ma carrière navale commença ; et je cherche une trace de mes anciens sillages. Mais l’Océan, semblable au cœur des hommes, referme sous d’autres palpitations les plis de sa surface. J’écris tandis que la nappe ondulante reflète les colonnes d’Hercule parmi les voiles ralliées de tous les coins du monde sur un courant teinté d’azur ; et Gibraltar paraît, dans la fraîcheur du matin, comme une porte de l’Europe qui s’ouvre à l’éclat du soleil levant. Ainsi l’espérance attend parfois les hommes au détour d’un chemin, pour leur annoncer des jours heureux.

J’expose ici les émotions d’un navigateur mûri dans la culture de la vérité ; le fruit de résolutions impassibles : une œuvre conseillée par l’esprit scientifique et droit qui rapproche les peuples dans la conquête légitime du bien-être et de la moralité.

Un idéal formé par la notion des progrès futurs visite l’esprit éclairé des sages, comme la promesse lointaine d’une vraie civilisation ; et son prestige bannira l’influence du particularisme, d’une ombre qui divise les enfants de la famille humaine quand l’orgueil ou la cupidité les grise, ou quand les mensonges cruels de la gloire militaire les abusent. Dans ce livre, il conduira la pensée, tantôt parmi les contemplations qui apaisent les âmes, tantôt sur un domaine créé par l’étude ; quelquefois près des nuages de la philosophie. Et si des traits joyeux illuminent ses envolées, c’est que l’assurance d’avoir soutenu sans amertume et sans haine la lutte pour la vie donne aux consciences une inviolable tranquillité.

Il peut sembler douteux qu’un idéal si noble règne jamais sur les mœurs des hommes, lorsqu’on voit encore l’esprit de conquête inspirer les erreurs les plus graves à des nations avancées ; le fanatisme traîner son ignorance et commettre ses crimes sous les yeux de l’Europe ; et la politique menacer toute la Terre avec des armées, des canons et des flottes. Pourtant une force est née du progrès, pour unir les consciences : une conscience publique s’affirme et condamne l’abus du pouvoir, soit qu’il veuille écraser un homme ou spolier un peuple ; c’est l’aurore indécise du jour nouveau qui monte à l’horizon du temps pour guider les êtres dans leur évolution continuelle.

Mon sentiment sur plusieurs points choquera sans doute les esprits stationnaires ou timorés : ceux qui trompent leur crainte de l’inconnu avec les illusions mystiques, les frivolités mondaines, ou l’inertie de l’habitude. Mais la conscience des Princes, longtemps soumise aux traditions improgressibles, peut être touchée maintenant par les leçons de la Nature et de la Science ; elle méprise alors une politique orientée vers l’antagonisme des nations, le droit du plus fort et la fiction des frontières ; elle combat les haines ataviques de religion, de race et de caste, en s’inspirant d’un avenir où l’Humanité solidaire pratiquera la justice. Et leur âme exaltée par l’union de la science et de la conscience peut s’élever davantage si la mer lui prête l’infini de ses horizons ; la mer, qui dissimule derrière sa grandeur l’étroitesse de la vie, et réconforte avec ses mirages l’homme égaré dans la nuit des tristes lendemains. De même il arrive que l’idée conçue dans le cerveau d’un homme devient plus généreuse quand elle est bercée par le cœur d’une femme [...]"

 

Auteur Albert Ier de Monaco
Langue Français
Nature du document Document écrit publié
Date de création 01/12/1902
Lieu(x) lié(s) France
Fiche vérifiée par Comité Albert Ier
Collection Archives du Musée océanographique
Date de mise en ligne 20/12/2023

Description

Oeuvre majeure du prince dont la première édition remonte à 1902, chez PLON.

Contrairement à ce qui est souvent avancé, il ne s'agit pas de mémoires mais d'un récit de voyages. Il retrace les premières campagnes du prince, entre 1885 et 1898, aux Açores et à Madère, ainsi que la première des quatre campagnes au large de la Norvège, au Spitzberg, en 1898. Initialement paru en feuilleton dans des revues, les chapitres, sous les encouragements de l'entourage du prince qui reconnaissent ses qualités littéraires, sont réunis en un seul livre en 1902. Le prince, plus habitué aux publications scientifiques y révèle une véritable plume. L'oeuvre connaîtra de nombreuses rééditions, notamment celle de 1913-1914, illustrée par Louis Tinayre, celle de 1966 aux éditions des Archives du Palais, et la dernière en date (couverture en illustration) en 2022, par l'Institut océanographique, dans le cadre des commémorations du centenaire de la disparition du prince. 

Protagonistes